Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LTD RANDO 68
LTD RANDO 68
Menu
STEINBACH : ERZENBACH ET AMSELKOPF  (R 98)

STEINBACH : ERZENBACH ET AMSELKOPF (R 98)

→ 9,6 km ~ D+ 529 m ~ Facile (2/6) ~ **

Ce circuit offre deux avantages : il est court et facile. Familial donc, et adapté à tous les promeneurs, même ceux du dimanche ! Inutile d’afficher des heures et des heures d’entraînement au compteur, ni de se munir d’un GPS ou d’une boussole ; néanmoins, des chaussures correctes sont vivement conseillées, celles du dimanche étant à proscrire…   

L’entrée d’une ancienne galerie de mine, juste à côté de la petite chapelle Ste-Thérèse, au-dessus du Silberthal.

L’entrée d’une ancienne galerie de mine, juste à côté de la petite chapelle Ste-Thérèse, au-dessus du Silberthal.

Départ et arrivée : premier parking du Silberthal à STEINBACH. Accès unique depuis Cernay : sortir de cette ville par la D 35, Porte de Thann et faubourg des Vosges, direction Vieux-Thann, et prendre de suite à droite la D 35II (rue de Steinbach). Traverser tout le village et continuer (rue sans issue) : on entre dans le vallon minier du Silberthal (vitesse limitée et interdiction de circuler la nuit). S’arrêter au 1er parking à droite, « mine et sentier du Donnerloch » : on est en face d’une ancienne carrière dont l’accès est grillagé. Temps de marche : 2 h 40 mn (*)Distance exacte : 9,6 km. Dénivelé positif : 529 m (**)Difficulté particulière : aucune ! Conseils : chaussures de randonnée légères ou baskets en bon état (les bâtons sont inutiles), et une petite réserve d’eau. Conditions météo : de belles éclaircies entre les nuages, température clémente. Niveau de ce circuit : facile (2/6) (***).

CARTE DE LA RANDONNÉE :

Carte de randonnée IGN au 1/25 000ème 3620 ET (Thann Masevaux).

Carte de randonnée IGN au 1/25 000ème 3620 ET (Thann Masevaux).

DESCRIPTIF :

Le vallon du Silberthal (= vallon argentifère) est marqué par l’histoire minière, qui se découvre sur 3 sites : le Donnerloch (mine très ancienne et ennoyée -visite impossible-, intéressant sentier de découverte), l’Erzenbach (= ruisseau aux minerais) et ses sentiers de découverte (avec panneaux d’accueil et balisage, pas tous en bon état hélas), et la mine St-Nicolas, au fond de la clairière du Silberthal. Cette dernière a fait l’objet d’énormes travaux et se visite tous les samedis après-midi (visites guidées gratuites de 14h30 à 17h), de même que l’exposition archéologique et géologique, au même endroit et horaires identiques (entrée libre). Les activités minières avaient débuté vers 1250 et ont définitivement cessé en 1905.

L’ancienne carrière du Silberthal : notre parking est ici.

L’ancienne carrière du Silberthal : notre parking est ici.

Les nouveaux panneaux d’indications…

Les nouveaux panneaux d’indications…

… ont été réalisés par l’atelier Bois d’Alsace de l’ONF.

… ont été réalisés par l’atelier Bois d’Alsace de l’ONF.

Remonter le parking jusqu’à la partie supérieure : une passerelle en fer permet de rejoindre le chemin carrossable. Continuer la montée (panneau d’information sur les traces des mineurs d’antan et parking bus), et suivre tout droit l’Erzenbachweg, « disque rouge » du Club Vosgien.

Notre chemin de départ, la traduction en français étant libre…

Notre chemin de départ, la traduction en français étant libre…

Le panneau qui annonce « les » cascades.

Le panneau qui annonce « les » cascades.

Continuer tout droit sur le chemin principal ; le cabanon de mes amis les chasseurs est équipé d’une petite fontaine, dont la source (potable) est libre d’accès. Plus haut, un panneau du sentier de découverte est en mauvais état (une ancienne entrée inférieure de galerie doit être en contrebas), alors qu’un petit sentier à gauche monte jusqu’à la station 4, avec l’entrée (effondrée) de niveau supérieur d’une mine de fer, aux 18ème et 19ème siècles.

Ici était l’entrée d’une galerie de niveau supérieur, mais tout est effondré.

Ici était l’entrée d’une galerie de niveau supérieur, mais tout est effondré.

Continuer la montée : on change de versant, et peu après une place de bûcheronnage, on quitte le chemin pour prendre le sentier partant sur la droite.

Notre sentier part sur la droite…

Notre sentier part sur la droite…

… et il est agréable !

… et il est agréable !

Nous marchons sur le seul sentier de notre circuit : il est agréable et plutôt bien aménagé. Une passerelle métallique récente est même de niveau *** ! On passe sur une ancienne conduite, qui évacue l’eau de l’entrée principale de l’ancienne mine Kessel : elle fut « le bon filon », comme dit le panneau, puisque la plus riche de tout le vallon de Steinbach.

Ici était l’entrée principale de la mine Kessel…

Ici était l’entrée principale de la mine Kessel…

… dont les mineurs se souhaitaient « Glück auf ! » (= bonne chance) avant d’y entrer.

… dont les mineurs se souhaitaient « Glück auf ! » (= bonne chance) avant d’y entrer.

Un rien plus haut, on gravit un escalier de pierre, et on arrive à la cascade de l’Erzenbach, qui est le nom du ruisseau principal de Steinbach. C’est la fin de l’été et il n’y a pas beaucoup d’eau, la meilleure période étant évidemment le début du printemps ; néanmoins, elle est quand même assez haute et unique dans le secteur, et reste un lieu de promenade très prisé.

Un petit escalier de pierre…

Un petit escalier de pierre…

… conduit jusqu’à la cascade de l’Erzenbach…

… conduit jusqu’à la cascade de l’Erzenbach…

… qui n’est pas vraiment spectaculaire.

… qui n’est pas vraiment spectaculaire.

On passe sur un pont en fer et il faut ensuite gravir un escalier, métallique lui aussi. Une passerelle et quelques marches plus tard, on débouche sur un large chemin forestier venant du Scheltzenburg : prendre à gauche, direction Camp Turenne, « disque rouge ».

Plus haut, on change de versant (l’Erzenbach prend sa source un peu plus haut, sur la droite), et on continue la montée. Nouveau changement de versant plus haut (le ruisseau qui descend par ce vallon ne porte aucun nom sur la carte) ; 2 mn après ce dernier changement, on ne prend pas le sentier Jägerpfad (1) qui monte vers « Camp Turenne », mais on reste sur le large chemin forestier, itinéraire non balisé donc. Joli coup d’œil sur la plaine à cet endroit : notre chemin est horizontal durant une dizaine de minutes (mirador de chasse récent sur la gauche, dans un virage), et une montée (5 mn) nous amène sur un autre chemin forestier : prendre alors à droite, « rectangle rouge-blanc-rouge ». En même pas 10 mn de montée sur ce chemin, on arrive au chalet Baecherkopfhislà (2), altitude 858 m (données IGN sur Internet), point le plus haut de cette petite randonnée : c’est le moment et l’endroit de la pause !

L’arrière du refuge-chalet : le bois de chauffage ne manquera pas !

L’arrière du refuge-chalet : le bois de chauffage ne manquera pas !

Le barbecue extérieur, avec vue sur le village de Bitschwiller-lès-Thann.

Le barbecue extérieur, avec vue sur le village de Bitschwiller-lès-Thann.

Le retour sera rapide et très classique : reprendre le chemin « rectangle rouge-blanc-rouge » dans le sens de la descente, par où nous sommes venus donc. En 10 mn, on arrive au carrefour Pastetenplatz, alt 790 m : continuer presque tout droit l’itinéraire « + jaune », direction Steinbach par le col de l’Amselkopf. Attention ici à bien suivre cet itinéraire : → en particulier, juste avant une forte descente, prendre le sentier qui part à droite. Peu après, partir à gauche, et c’est bien indiqué.

Juste après, on arrive au col et carrefour de l’Amselkopf, alt 557 m, qui est en deux parties : à hauteur du banc, prendre à gauche, direction Chapelle Ste-Thérèse et Silberthal, « anneau bleu ». On ne reste que quelques minutes sur ce chemin : prendre alors le sentier qui descend à droite, même direction qu’avant. On arrive très vite à la petite chapelle, alt 480 m : on trouvera à l’intérieur l’histoire de cet édifice religieux. Sur sa gauche et à l’extérieur, on remarque l’entrée d’une ancienne galerie de mine (en photo d’ouverture).

Le panneau indicatif…

Le panneau indicatif…

… et la chapelle elle-même.

… et la chapelle elle-même.

Continuer la descente (escalier *** dans le premier virage), on a encore une entrée de galerie sur la droite, et on arrive vite à la place du Siberthal. Descendre le chemin principal, et un peu en-dessous du pédiluve, on retrouve la passerelle qui donne sur le parking : on arrive à la voiture, après 2 h40 mn de marche (*).

Décompte :    à l’aller 5,3 km en 1h35 mn (+ 517 m de dénivelé).

                     Au retour 4,3 km en 1h05mn (+12 m de dénivelé).    

Textes et photos : Pierre Brunner, septembre 2017.

(Il n'y a pas de trace GPS pour ce petit circuit facile.)

(*) TEMPS INDIQUÉS : ils sont ceux d’un randonneur entraîné, marchant ici à une vitesse assez soutenue, et sans prendre en compte les pauses.

(**) DISTANCE EXACTE ET DÉNIVELÉ POSITIF : ils sont calculés avec le logiciel http://www.mygpsfiles.com/fr/ .

(***) NIVEAU DES CIRCUITS : ils sont classés en 6 niveaux : très facile (1/6), facile (2/6), un peu difficile (3/6), assez difficile (4/6), difficile (5/6), extrêmement difficile (6/6) – ce dernier niveau ne devrait jamais être proposé ici…

 

COMMENTAIRES :

J’AI BIEN AIMÉ :

  • Ce petit parcours facile.
  • Les nouveaux aménagements du sentier vers la cascade de l‘Erzenbach.
  • La bonne signalétique des chemins (Club Vosgien section Cernay).

JE N’AI PAS TROP AIMÉ :

  • Quelques panneaux abîmés sur les sentiers de découverte des mines.

  NOTES :

  1. Suggestion sérieuse : comme nous sommes ici dans le secteur des chamois, qui vivent dans ce massif depuis de nombreuses années, voici une excellente occasion de rebaptiser cet itinéraire : « sentier des chamois », ce serait quand même plus sympa que Jägerpfad (=sentier des chasseurs), non ?
  2. Voir sur ce blog les liens directs et protégés http://ltd-rando68.over-blog.com/2016/05/le-baecherkopfhisla.html et http://ltd-rando68.over-blog.com/2017/08/cernay-dejeuner-en-paix-au-baecherkopfhisla-r-89.html  
STEINBACH : ERZENBACH ET AMSELKOPF  (R 98)

DANS QUELQUES TEMPS paraîtra la liste des 100 randonnées présentées sur ce blog, ainsi que toutes les autres découvertes. D’ici-là, le cap des 20 000 lecteurs aura été dépassé. Si, si, vraiment !

 

SI VOUS NE L’AVEZ PAS ENCORE FAIT : REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ DES ABONNÉS À CE BLOG : C’EST GRATUIT, ET UN E-MAIL VOUS PRÉVIENDRA À CHAQUE NOUVELLE PARUTION. Sur la page d’accueil, cliquez sur Menu, remplissez le cadre avec votre adresse e-mail, et cliquez sur « s’abonner » ; vous recevrez de suite un mail, qu’il faudra confirmer pour valider votre abonnement. C’EST TOUT !