Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LTD RANDO 68
LTD RANDO 68
Menu
BALLON D’ALSACE : LES ROCHES DE MORTEVILLE  (R 88)

BALLON D’ALSACE : LES ROCHES DE MORTEVILLE (R 88)

→ 20,0 km ~ D+ 874 m ~ Assez difficile (4/6) ~ ***

Merci à Mary Funyo et Cat Gémini, toutes deux passionnées de randos et miennes-amies sur Facebook, de m’avoir soufflé cette découverte, qui est un classique dans le département des Vosges (1). Nous effectuerons ce circuit des Roches de Morteville au départ du Ballon d’Alsace, en lui consacrant la journée. Attention, même s’il n’a rien à voir avec le Sentier des Roches qui démarre au col de la Schlucht, il est un peu long et difficile, et n’est donc pas à la portée de toutes les jambes… Mais quel régal !  

Un passage, parfois qualifié de « délicat », sur le sentier des roches de Morteville.

Un passage, parfois qualifié de « délicat », sur le sentier des roches de Morteville.

Départ et arrivée : parking du monument des Démineurs au BALLON D’ALSACE : en venant par la vallée de Masevaux, il faut dépasser le niveau du sommet et la ferme du Ballon, et aller jusqu’au virage qui précède la Maison du Tourisme. Temps de marche : 7 h 20 mn (*)Distance exacte : 20,0 km. Dénivelé positif cumulé : 874 m. (**)Difficultés particulières : certaines portions du sentier « anneau bleu » (entre le col de Ronde Tête et la Jumenterie) sont un peu délicates (ce sentier est déconseillé aux personnes en fort surpoids, manquant de souplesse, ou sujettes au vertige ou à la peur du vide) ; à cause du dénivelé positif total, ce circuit est destiné aux randonneurs entraînés et en bonne condition physique (déconseillé aux jeunes enfants). Ne pas effectuer ce circuit par temps de neige et/ou de gel, et faire très attention en cas de pluie, certaines portions devenant glissantes ! Conseils : de bonnes chaussures de randonnée imperméables, avec des semelles en bon état et antidérapantes, sont indispensables (et les bâtons pour les seniors), ainsi que le casse-croûte, des en-cas énergétiques, et une bonne réserve d’eau. Conditions météo : très beau temps ensoleillé, avec une petite brise fraîche bien agréable. Niveau de ce circuit : assez difficile (4/6) (***).   

CARTES DE LA RANDONNÉE :

Carte de randonnée IGN au 1/25 000ème 3520 ET (Ballon d’Alsace)

Carte de randonnée IGN au 1/25 000ème 3520 ET (Ballon d’Alsace)

DESCRIPTIF :

Depuis le parking, traverser la route et continuer juste en face au GR 5 (GR 7 européen), direction Col des Charbonniers. En haut, on n’échappera pas à la statue de Jeanne d’Arc, mais que vient-elle faire ici je me le demande...

Deux classiques : le Monument des Démineurs…

Deux classiques : le Monument des Démineurs…

… et la statue de Jeanne d’Arc.

… et la statue de Jeanne d’Arc.

Magnifique vue à droite sur le Territoire de Belfort et le Jura au fond, et à gauche sur le département des Vosges. Prendre ensuite sur la gauche le sentier de découverte du Ballon d’Alsace, proposé par le SMIBA (2) : on ne s’approchera pas trop du bord !

Vue vers le département des Vosges…

Vue vers le département des Vosges…

… et c’est ici que démarre le sentier de découverte.

… et c’est ici que démarre le sentier de découverte.

Dommage que ce sentier dit "de découverte" ait l'air un peu à l’abandon, un poteau de directions a été balancé dans un pré, et tous les bancs sont en mauvais état. On arrive au niveau des combes à neige, et le paysage est magnifique.

Les combes à neige, entre forêts, rochers et hautes-chaumes.

Les combes à neige, entre forêts, rochers et hautes-chaumes.

On rejoint le GR 5, avec le lac d’Alfeld tout en bas : descendre le sentier sur la gauche, direction Col de Ronde Tête, en suivant le « rectangle rouge ». La bonne nouvelle, surtout pour le retour puisque nous reviendrons par là, c’est que cette portion a été refaite, avec des aménagements conséquents, et elle est maintenant très praticable. Merci aux bénévoles du Club Vosgien de Masevaux qui ont fait un excellent travail, et le fléchage a été bien complété dans la foulée.

Un escalier bien pratique…

Un escalier bien pratique…

Le col de (la) Ronde Tête, alt 1 072 m…

Le col de (la) Ronde Tête, alt 1 072 m…

… et notre itinéraire vers La Jumenterie : prudence !

… et notre itinéraire vers La Jumenterie : prudence !

Au col de Ronde Tête, prendre à gauche l’itinéraire « anneau bleu », vers La Jumenterie. Il est indiqué « difficile », annonce du CV de Bussang-St Maurice : en fait, il faudra faire un peu de gymnastique pour escalader des troncs tombés sur le chemin ou passer d’un rocher à un autre, et surtout regarder où on pose ses pieds, c’est juste une question de souplesse et d’attention. Nous arrivons au point de vue Birckel.

Ce petit arbuste cherche la lumière avec une belle énergie !

Ce petit arbuste cherche la lumière avec une belle énergie !

Le rocher Birckel devrait offrir un beau panorama (ma carte indique même un belvédère !)

Le rocher Birckel devrait offrir un beau panorama (ma carte indique même un belvédère !)

Voici ce rocher…

Voici ce rocher…

… et le panorama, essentiellement forestier…

… et le panorama, essentiellement forestier…

… d’un côté comme de l’autre !

… d’un côté comme de l’autre !

On oubliera vite le soi-disant belvédère, pour arriver à la Goutte de la Halte : petit arrêt donc, le temps de se rappeler que la goutte désigne, en patois vosgien, un ruisseau, et il est bien là. Un autre panneau retient mon attention : c’est quoi cette histoire de village englouti ? Les quelques cailloux au pied de l’arbre représenteraient ce qui reste de ce village, qui aurait été construit ici, au milieu des rochers (3) ?

Faisons une petite halte…

Faisons une petite halte…

… le temps d’admirer le petit ruisseau…

… le temps d’admirer le petit ruisseau…

… ce panneau interpelle…

… ce panneau interpelle…

… mais on verra rien d’autre que ces quelques rochers plats !

… mais on verra rien d’autre que ces quelques rochers plats !

On longe l’ancienne frontière 1871-1918, matérialisée par un muret de pierre (on le reverra à plusieurs reprises) et des bornes-frontière, marquées d’un côté du F de France, et de l’autre du D de Deutschland. Après un passage avec une corde de maintien, on arrive au plateau de la Jumenterie : il y a là un remonte-pente de ski et un important centre de vacances (4).

Un passage un peu délicat (il faut ‘‘escalader’’ le rocher).

Un passage un peu délicat (il faut ‘‘escalader’’ le rocher).

Le plateau de la Jumenterie : on voit un tire-fesses, et le chalet en bois.

Le plateau de la Jumenterie : on voit un tire-fesses, et le chalet en bois.

Ce panneau est pour nous !

Ce panneau est pour nous !

En passant juste à gauche du petit chalet en bois, on trouve le « disque rouge » qui nous intéresse : descendre jusqu’à la route et la longer jusqu’au virage. Passer ensuite immédiatement à gauche du terrain de jeux (propriété privée), en fait entre le terrain de jeux et le petit bois, et descendre dans le pré jusqu’au prochain virage de la route, ou on poursuit notre itinéraire vers St-Maurice (sur Moselle).

Nous abordons la partie la moins intéressante du circuit, avec une longue et monotone descente en forêt, sur un large chemin empierré. L’itinéraire est facile, puisque toujours-tout-droit ! Seul sujet de réflexion : nous passerons par « les champs de la Faite », d’après le panneau, mais ce plutôt « le Champ de la Fête » d’après la carte IGN, et cela est infiniment plus agréable, un rien marrant même… Fête païenne, sans doute !

Nous arrivons sur un plateau de bûcheronnage :.la suite part en face, avec un petit crochet à gauche d’abord, le fléchage étant absolument parfait !

Nous sortons enfin de la forêt, et c’est la récompense. Devant nous se déroule la vallée de la Moselle, et sur la droite, la petite ville de St-Maurice sur Moselle, avec son look de station de sports d’hiver !

La vallée de la Moselle…

La vallée de la Moselle…

… et St-Maurice.

… et St-Maurice.

Descendre jusqu’à la route, la traverser et partir sur la droite, en longeant cette route sur 150 m environ. Dans le virage, côté droit, on a une belle résidence de vacances (le nombre de boites-aux-lettres est éloquent) ; retraverser juste avant le centre hippique du Ballon d’Alsace « La Jumenterie » (encore une !), et prendre le chemin « rectangle jaune-blanc-jaune », direction les Roches de Morteville et le GR 5. Petite pause avant la montée, sauf que ce chemin est plat durant une dizaine de minutes, et c’est toujours tout droit !

Notre nouvel itinéraire : mais où est donc l’abri Schenini (5) ? Mystère…

Notre nouvel itinéraire : mais où est donc l’abri Schenini (5) ? Mystère…

Le chemin est tranquille au départ.

Le chemin est tranquille au départ.

On arrive à un panneau étrange…

On arrive à un panneau étrange…

… c’est juste le croisement avec une piste de VTT, et le panneau « interdit aux piétons » pourrait parfois avoir son corollaire...

… c’est juste le croisement avec une piste de VTT, et le panneau « interdit aux piétons » pourrait parfois avoir son corollaire...

Nous croisons une piste de VTT, et dix minutes après, voici le chalet Spiller (6). Si l’extérieur est banal (il y avait il y a quelques années un balcon, qui a disparu), l’intérieur ne manque pas de charme, avec un impressionnant mobilier très hétéroclite, tables, chaises de toutes sortes et de toutes tailles, deux fauteuils même, un placard et un vieux poêle à bois ; et des fenêtres à double-vitrage assurant une excellente isolation. C’est donc le moment et l’endroit de la pause casse-croûte !

Le chalet Spiller de près…

Le chalet Spiller de près…

… et d’un peu plus loin.

… et d’un peu plus loin.

La plaque au-dessus de l’entrée,

La plaque au-dessus de l’entrée,

L’incroyable mobilier du chalet…

L’incroyable mobilier du chalet…

… jusqu’au canapé deux places !

… jusqu’au canapé deux places !

Le vieux poêle à bois "quatre pots" est vraiment fatigué !

Le vieux poêle à bois "quatre pots" est vraiment fatigué !

Continuer le chemin, baptisé Chemin des Ordons (7), en suivant toujours le tracé principal. Dans un virage, on quitte le chemin pour partir tout droit, et c’est le début du Sentier des Roches de Morteville. On nous prévient : nous risquons la mort, ou presque !

On quitte le chemin des Ordons…

On quitte le chemin des Ordons…

… et on démarre le sentier des Roches de Morteville.

… et on démarre le sentier des Roches de Morteville.

Le panneau à cette entrée du sentier (à gauche) et celui, plus beau, à l’autre extrémité.

Le panneau à cette entrée du sentier (à gauche) et celui, plus beau, à l’autre extrémité.

Ce sentier est surligné en couleur orange sur la carte de la randonnée, et on voit bien qu’il n’est pas très long. Au départ (prendre le temps de ranger les bâtons, qui ne servent pas ici, d’autant que ça descend), après avoir franchi un petit ruisseau, il n’y a rien de spécial ; par la suite, on passe sur une succession de passerelles en bois, et c’est tout. Bon d’accord, le bois est parfois un peu ancien, mais on espère que les madriers (en bois eux-aussi) ont encore de la résistance. Le sentier est bouclé en une dizaine de minutes !

Le début du Sentier des Roches de Morteville.

Le début du Sentier des Roches de Morteville.

Une passerelle…

Une passerelle…

Une autre, double même…

Une autre, double même…

… et une autre encore, juste pour le plaisir !

… et une autre encore, juste pour le plaisir !

On débouche sur un plateau-clairière, et voici le 2ème abri de ce circuit : propriété de l’Office National des Forêts, c’est le chalet de Morteville, qui a été rénové avec le concours des chasseurs de St-Maurice. L’intérieur est simple et propre (2 grandes tables avec des bancs, un fourneau De Dietrich, et un néon, peut-être alimenté par batteries solaires ?), mais l’extérieur aurait besoin d’une bonne séance de nettoyage, tant il y a de détritus, tessons de bouteilles et autres saletés qui n’ont normalement rien à faire ici.

Le chalet de Morteville…

Le chalet de Morteville…

… l’écriteau au-dessus de la porte (désolé pour la zone d’ombre)…

… l’écriteau au-dessus de la porte (désolé pour la zone d’ombre)…

… et l’intérieur du refuge.

… et l’intérieur du refuge.

BALLON D’ALSACE : LES ROCHES DE MORTEVILLE  (R 88)

Pour la suite, nous partons sur le chemin à droite en arrivant : suivre toujours le « rectangle jaune-blanc-jaune », direction col du Moinechamp et GR 5, et aussi la flèche noire, direction la Petite Chaume.

Nous sommes d’abord sur un large chemin forestier : sur le bord, des troncs ébranchés mais non écorcés semblent attendre désespérément qu’on vienne les chercher, et certains commencent même à pourrir. Petit crochet à droite, pour voir la Large Pierre, à 20 m.

Un tas de bois, semble-t-il à l’abandon.

Un tas de bois, semble-t-il à l’abandon.

Petit crochet à droite :

Petit crochet à droite :

Impressionnante, la Large Pierre vaut le déplacement.

Impressionnante, la Large Pierre vaut le déplacement.

Après, on marche sur un chemin herbeux, bordé de jeunes arbres feuillus, malgré la présence des rochers partout : c’est très humide (il y a de nombreux petits ruisseaux, nullement affectés par la sécheresse), et très agréable.

Un étonnant chemin herbeux, au milieu des Roches de Morteville !

Un étonnant chemin herbeux, au milieu des Roches de Morteville !

Plus loin, on longe l’ancienne frontière…

Plus loin, on longe l’ancienne frontière…

… et cet arbre, hôtel à champignons, défie le temps.

… et cet arbre, hôtel à champignons, défie le temps.

Nous arrivons sur une ancienne place de bûcheronnage ; un peu plus loin, il y a des écorces à terre, et des traces de passage des engins forestiers. Attention, de suite après, quitter le chemin et partir à droite, sur un sentier « jaune-blanc-jaune » qui démarre par une sacrée montée ! Dix minutes après, on traverse l’ancienne frontière de roches. Après une petite cuvette, façon tourbière, on longe le muret, et après une borne frontière, on pourrait rejoindre le GR 5 en partant à droite : ce serait une possibilité de raccourci, marqué en bleu clair sur la carte. Nous continuons tout droit, jusqu’à la Petite Chaume.

Le paysage est magnifique, entre les bruyères (en fleurs), les myrtilliers, d’adorables petites fleurs jaunes, et les rochers. On arrive vite au 3ème refuge de cet itinéraire, celui de la Petite Chaume, qui est le nom de la proche colline.

Le merveilleux chemin…

Le merveilleux chemin…

… débouche sur la Petite Chaume.

… débouche sur la Petite Chaume.

Une autre vue du chalet…

Une autre vue du chalet…

… avec sa plaque d’identité…

… avec sa plaque d’identité…

… et une vue de l’intérieur, un peu floue, désolé.

… et une vue de l’intérieur, un peu floue, désolé.

C’est un beau chalet, qui semble peu utilisé : à l’intérieur, c’est un peu sombre mais très propre, trois grandes tables sont sagement rangées dans un coin, et les six bancs leur font face. Un poêle à bois complète le dispositif. Pour la suite, prendre le sentier qui part sur la gauche en arrivant (c’est le seul), direction Rouge Gazon, et en 5 mn à peine on rejoint le GR 5 : prendre alors à droite, direction Ballon d’Alsace.

La jonction avec le GR 5, pour le retour vers le Ballon d’Alsace.

La jonction avec le GR 5, pour le retour vers le Ballon d’Alsace.

Ce chemin de grande randonnée est juste magnifique, mais attention, il y a encore de sacrées montées qui nous attendent ! On accroche un sentier « rouge-blanc-rouge «  qui monte du lac d’Alfeld, et une table et ses bancs, en excellent état et bien situés, incitent à une courte pause, amplement méritée.

Une table bien située : parfaite pour une petite pause…

Une table bien située : parfaite pour une petite pause…

… avec un magnifique panorama en prime !

… avec un magnifique panorama en prime !

De suite après, on récupère le possible raccourci : le Ballon d’Alsace (le sommet) est donné à1 h 10 mn. Le col de Morteville est atteint en 10 mn, la Rund Kopf (= Tête Ronde)  suit à 15 mn (table et bancs, mais attention à ne pas descendre vers le lac d'Alfeld). On aperçoit alors le Ballon d’Alsace, droit devant : il reste encore de la montée !

Le Ballon d’Alsace, c’est tout là-haut !

Le Ballon d’Alsace, c’est tout là-haut !

On passe le col de la Ronde Tête (où nous avions bifurqué à l’aller), avant d’entamer la phase finale de l’ascension, qui sera bouclée en une petite demi-heure, grâce aux nouveaux aménagements du GR 5. Cette portion est commune avec l’aller. Une fois en haut, quitter le GR 5, prendre à gauche, et de suite à droite pour monter effectivement jusqu’au sommet, nous l'avons bien mérité !

Le sommet du Ballon d’Alsace, à 1 247 m d’altitude…

Le sommet du Ballon d’Alsace, à 1 247 m d’altitude…

… et la table d’orientation.

… et la table d’orientation.

Descendre vers la statue de la vierge du Ballon, et prendre ensuite le chemin empierré (on a eu assez de marches pour souffler un peu) ; juste avant d’arriver à la route et à l’Auberge du Ballon d’Alsace, prendre le chemin piétonnier à droite, qui permet de longer la route sans risque. Traverser cette route dans le virage, et on retrouve le parking des Démineurs, après 7 heures et 20 mn de randonnée (*).

Textes et photos : Pierre Brunner, août 2017 

→ AVEC OPENRUNNER : L’accès direct à ce parcours est ici, et il est téléchargeable sur GPS : https://www.openrunner.com/r/10028611  

(*) TEMPS INDIQUÉS : ils sont ceux d’un randonneur entraîné, marchant à une vitesse moyenne à soutenue (selon les secteurs !).

(**) DISTANCE EXACTE ET DÉNIVELÉ POSITIF ils sont calculés à partir du site OpenRunner https://www.openrunner.com/

(***) NIVEAU DES CIRCUITS : ils sont classés en 6 niveaux : très facile (1/6), facile (2/6), un peu difficile (3/6), assez difficile (4/6), difficile (5/6), extrêmement difficile (6/6) – ce dernier niveau ne devrait jamais être proposé ici…

 

COMMENTAIRES :

J’AI BEAUCOUP AIMÉ :

  • Ce parcours entièrement nouveau pour moi (sauf le GR 5).
  • L’excellent fléchage du CV de Bussang St Maurice.
  • Les travaux d’aménagement du GR 5 (CV de Masevaux).
  • Les trois chalets (surtout celui de la Haute Chaume).
  • Les deux portions que sont l’itinéraire « anneau bleu » et le Sentier des Roches de Morteville.
  • La « Large Pierre ».
  • L’arrivée à St-Maurice-sur-Moselle.
  • L’ensemble de la montée sur l’itinéraire « rectangle jaune-blanc-jaune ».

JE N’AI PAS TROP AIMÉ :

  • La descente monotone entre La Jumenterie et St-Maurice.
  • Les déchets et saletés autour du chalet de Morteville.
  • Je n'ai trouvé aucun renseignement sur ce Morteville.

NOTES :

  1. Voir, sur le même hébergeur, le blog « balades-88.overblog.com », avec pour cette rando le lien direct http://ballades-88.overblog.com/roches-de-morteville . Mais il n’y a que des photos (sans aucun commentaire), et elles datent de 2013.
  2. SMIBA = Syndicat Mixte Interdépartemental du Ballon d’Alsace, établissement public créé en 1971 : il associe des représentants des conseils départementaux des Vosges, du Territoire de Belfort et du Haut-Rhin.
  3. On ne trouve rien du tout sur Internet quand on cherche Morteville, avec toutes les entrées possibles. La Maison du Tourisme du Ballon n’a rien non plus. Alors, légende ou plaisanterie ? Le toponyme « Morteville » existe dans de nombreuses régions, parfois transformé en « Mortevieille » ; ville évoque des constructions, et morte pourrait être une déformation de Mauritus, ou Maurice. Or nous sommes au-dessus de St-Maurice, tiens donc… Morteville pourrait donc désigner la ville de Maurice !
  4. Voir par exemple le site https://www.ejn02.fr/le-temps-des-vacances/la-jumenterie/: ce centre appartient à l’association Jeunesse de l’Aisne.
  5. Abri Schenini : je n'ai rien sur la carte, ni rien trouvé sur Internet...
  6. Christian Spiller (1887-1976) a été président de la société L’Intrépide, comme le précise le panneau au-dessus de l’entrée. Je n’ai rien trouvé de plus sur Internet, et rien sur la société, qui ne figure pas sur la liste des associations de la commune. Sauf que, sur Wikipédia, on parle d’un Christian Spiller : « homme politique français, il fut maire de St-Maurice-sur Moselle, conseiller général du canton et député des Vosges. Exerçant la profession de commerçant en meubles, installé à Saint-Maurice-sur-Moselle, il est connu bien au-delà du canton sous le nom de Coco Spiller pour ses nombreuses aides financières en nature aux associations ». C’est bien beau, sauf que les dates ne correspondent pas du tout (1935 – 2009 pour ce dernier, selon Wikipédia) !!!  
  7. Définition du dictionnaire Littré pour ordon : « Terme de métallurgie : système de charpente employé dans les appareils destinés à convertir la fonte en barre et en plaques, et dans lequel sont placés les marteaux. Terme de pêche : se dit d'une certaine longueur de cannes, ou de lignes montées sur des cordes. »
BALLON D’ALSACE : LES ROCHES DE MORTEVILLE  (R 88)

REJOIGNEZ MAINTENANT LA COMMUNAUTÉ DES ABONNÉS À CE BLOG : C’EST GRATUIT, ET UN E-MAIL VOUS PRÉVIENDRA À CHAQUE NOUVELLE PARUTION. Pour cela, sur la page d’accueil, cliquez sur Menu : remplissez le cadre avec votre adresse e-mail, et cliquez sur « s’abonner ». Vous recevrez de suite un mail, qu’il faudra confirmer pour valider votre abonnement. C’EST TOUT !

Si cet article appelle une remarque ou si vous avez des idées, N’HÉSITEZ PAS À POSTER UN COMMENTAIRE CI-DESSOUS : TOUTES LES QUESTIONS ET SUGGESTIONS SONT LES BIENVENUES, d’avance MERCI. Attention, avant de valider, il faudra prouver que vous n’êtes pas un robot : ne perdez pas patience !

TOUS CES ARTICLES SONT DISPONIBLES SUR GOOGLE (en tapant simplement LTD RANDO 68), et sur ma page Facebook (j’y ai un look de bon vivant, casquette et moustache).