Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LTD RANDO 68
LTD RANDO 68
Menu
SENTHEIM : LE COL DU SCHIRM, ENTRE FORÊTS ET ROCHERS  (R 53)

SENTHEIM : LE COL DU SCHIRM, ENTRE FORÊTS ET ROCHERS (R 53)

→ 13,6 km ~ D+ 424 ~ Un peu difficile (3/6) ~ ***

Voici un merveilleux circuit : au départ de Sentheim, nous monterons jusqu’au col du Schirm, par le chemin des écoliers. Ce sera l’occasion de belles découvertes, et surtout de traverser de splendides forêts (cette rando leur est dédiée), et de voir d’étonnants rochers. Le retour sera très classique…

Cette forêt se laisse apprécier grâce au chemin entre la chapelle des Mineurs et l’abri « am Saegenkopf Hütte ».

Cette forêt se laisse apprécier grâce au chemin entre la chapelle des Mineurs et l’abri « am Saegenkopf Hütte ».

Départ et arrivée : parking au centre de SENTHEIM. Accès par la vallée de la Doller (D466, direction Masevaux), le village n’étant qu’à 7 km du giratoire du Pont d’Aspach. Le parking se trouve sur la gauche en ''montant'', devant l’église et la Maison de la Géologie (1). Temps total : 4 h 45 mn, pauses et arrêts photos compris (*). Distance : 13,6 km (**). Dénivelé positif : 424 m (**). Difficulté particulière : aucune, cette randonnée est donc accessible à toutes les personnes un peu entraînées et en assez bonne forme ; attention cependant à la durée, et à deux petites portions de montée qui sont coriaces ! Conseils : chaussures de randonnées, bâtons si besoin, de la boisson chaude et/ou froide et des barres énergisantes. Conditions météos : temps bien ensoleillé, vent soutenu de secteur ouest ; température au départ + 12° (+15° au retour) ! Intérêt : très intéressant.

 

LA CARTE :

Carte de randonnée IGN – CV TOP 25 n° 3620 ET (Thann Masevaux).

Carte de randonnée IGN – CV TOP 25 n° 3620 ET (Thann Masevaux).

DESCRIPTIF :

Depuis le parking (alt 360 m), traverser la rue principale et partir en face, rue de l’Église, où on trouvera le départ de tous les itinéraires. Continuer (rue Kattenbach), et au « Stop » prendre à droite en direction du pont. Ce pont sur la Doller est une vraie encyclopédie, avec des panneaux montrant l’échelle du temps géologique d’un côté, et celle des hommes de l’autre côté, seulement tout au bout puisque ça dure bien moins longtemps. Pour lire tout ceci, mieux vaut prévoir une chaise plainte !

La Doller, photographiée vers l’amont, depuis le pont de Sentheim.

La Doller, photographiée vers l’amont, depuis le pont de Sentheim.

Au bout, devant les panneaux explicatifs du sentier géologique (merci à Raymond et Maurice Mattauer), prendre à gauche, « triangle bleu », direction col du Schirm. Nous marchons sur un chemin empierré presque plat (ce qui est un échauffement idéal), avec à droite des parcelles de jardin munies de leurs cabanes, et à gauche les pâturages.

La solitude d’une baignoire, isolée dans un pré ; au fond, le Sudel et le Baerenkopf.

La solitude d’une baignoire, isolée dans un pré ; au fond, le Sudel et le Baerenkopf.

On arrive à un croisement (table, bancs et poubelle en surélevé) : prendre à gauche, « triangle bleu ». Voici les premiers rochers, face à nous, et un peu plus loin, sur la gauche, une ancienne carrière, avec les ruines d’une probable maisonnette.

Les premiers rochers de ce circuit…

Les premiers rochers de ce circuit…

… et sans doute une ancienne carrière.

… et sans doute une ancienne carrière.

À cet endroit, prendre le sentier qui part sur la droite, repéré par un petit panneau montrant un fossile.

Un des panneaux du sentier de découverte géologique.

Un des panneaux du sentier de découverte géologique.

Même sans aucune connaissance en géologie, on appréciera ce sentier, très agréable, aménagé avec le plus grand soin, et qui commence par quelques marches en bois ; par la suite, escaliers et passerelle métalliques s’y succèdent.

Un des escaliers, sur ce sentier de découverte géologique.

Un des escaliers, sur ce sentier de découverte géologique.

Plus loin, on nous fait partir vers la droite, pour une manœuvre de contournement : on arrive bientôt en vue d’un petit étang, dominé par une maison et quelques cabanes : nous sommes au Hasenwald (traduction : forêt aux lièvres, mais je n’en ai pas vu), et on rejoint un chemin repéré « triangle jaune » et « anneau jaune », où on nous signale un rocher d’intérêt géologique certain… pour les connaisseurs.

Le petit étang du Hasenwald…

Le petit étang du Hasenwald…

… et le panneau de l’arrêt géologique n° 3.

… et le panneau de l’arrêt géologique n° 3.

Prendre ce chemin vers la droite (le tracé sur la carte ne me paraît pas exact), et continuer ; à un carrefour, continuer tout droit, « triangle jaune », direction chapelle des Mineurs. Nous sommes à présent sur le territoire de la commune de Bourbach-le-Bas : sur la gauche, on découvre l’entrée d’une galerie de mine, avec un panneau explicatif à côté (2).

L’entrée d’une galerie de mine…

L’entrée d’une galerie de mine…

… et l’explication sur le minerai recherché ici.

… et l’explication sur le minerai recherché ici.

On passe une place de bûcheronnage, et on continue le chemin vers la droite ; la forêt est magnifique, et on longe bientôt des pâturages : le hameau de la Knapphütte (3) est en contrebas, et voici la chapelle des Mineurs, qui ressemble au premier abord à un élégant refuge (4).

La chapelle des Mineurs, comme on la voit en arrivant…

La chapelle des Mineurs, comme on la voit en arrivant…

... et ici du côté de son entrée.

... et ici du côté de son entrée.

En arrivant à la chapelle, prendre le chemin qui part sur la gauche, « disque jaune », direction col du Schirm. Ce large chemin est très beau, comme le montre la photo d’accroche de cet article. Dans un virage, un panneau nous explique la déception des mineurs, qui cherchaient du charbon de terre et du lignite dans le secteur (5). À un croisement, continuer tout droit, direction Masevaux par Zimmerstoeckle. On arrive à une vaste place de bûcheronnage : continuer « disque jaune », direction col du Schirm : le chemin forestier, élargi, est à présent un vrai boulevard, et on arrive au Gros Chêne ! J’ai donc dévié de l’itinéraire que je voulais suivre, et complètement loupé l’abri Saegenkopf Hütte (6), qui n’était pas indiqué jusqu’à présent. Mais le Gros Chêne est bien là, majestueux et entouré de bancs.

Le Gros Chêne de Masevaux…

Le Gros Chêne de Masevaux…

… et les panneaux directionnels à ce carrefour.

… et les panneaux directionnels à ce carrefour.

Sur un panneau, on indique pourtant la direction de Lauw et de l’abri : trop tard pour moi ! 

L’abri Saegenkopf Hütte. (Photo aimablement communiquée par Mary Funyo, de Cernay).

L’abri Saegenkopf Hütte. (Photo aimablement communiquée par Mary Funyo, de Cernay).

Au carrefour du Gros Chêne, prendre à droite, col du Schirm et Buchberg, disque et triangle jaunes ; 50 m après, monter vers la droite, « triangle jaune », direction Buchberg et Rocher du Poilu ; si la montée a été jusque-là très douce, il est temps de déployer les bâtons, car la suite s’annonce ardue. On traverse une forêt magnifique de feuillus et de résineux, en parfaite osmose.

Ici, la forêt est juste somptueuse !

Ici, la forêt est juste somptueuse !

Des sapins majestueux prennent le relais, trop hauts pour être photographiés ! Le chemin devient sentier, et les « triangles jaunes » fleurissent partout, alors que nous restons en ligne droite. On grimpe finalement dans les rochers, et on nous annonce un « Point de vue » sur la droite : le panorama est bien caché par les branches, et on ne verra bientôt plus rien quand elles porteront des feuilles…

Un joli point de vue sur la basse vallée de la Doller, mais à travers les branches !

Un joli point de vue sur la basse vallée de la Doller, mais à travers les branches !

La montée se calme en arrivant sur un plateau planté d’arbres, et un forestier artiste s’est amusé à donner une nouvelle vie à une souche.

Une souche, c’est vraiment chouette, non ?

Une souche, c’est vraiment chouette, non ?

Environ 35 mn après le Gros Chêne, on arrive au sommet du Buchberg, alt 759 m, point le plus haut du secteur et de notre randonnée. Un banc (merci à l’ex-Conseil général du Haut-Rhin) permet de se reposer un peu, d’admirer le paysage (sans doute Masevaux en bas, avec le Sudel et le Baerenkopf en arrière), et surtout de sortir de son sac à dos un bon livre (7) !

Les panneaux au sommet du Buchberg…

Les panneaux au sommet du Buchberg…

… le panorama qu’on découvre…

… le panorama qu’on découvre…

… et l’indispensable banc !

… et l’indispensable banc !

On peut à présent ranger les bâtons, il n’y aura plus que de la descente, et c’est vraiment vrai ! Et un seul itinéraire pour le moment, ce qui n’empêche pas de fantasmer en voyant rien moins que 3 panneaux différents sur un même arbre. Heureusement, en face, un nouvel artiste-bûcheron s’en est amusé !

Il y a pléthore de panneaux sur cet arbre, et mieux vaut en sourire.

Il y a pléthore de panneaux sur cet arbre, et mieux vaut en sourire.

La descente est rapide ! En 8 mn, on arrive au Rocher du Poilu, qui fut observatoire de l’armée française durant la Première Guerre Mondiale. Un observatoire très calme et statique (8), qui permettait juste d’observer d’éventuels mouvements des troupes allemandes au niveau de Cernay. Depuis, l’ex-Conseil Général et l’ONF ont installé sur ce replat plusieurs tables et bancs, qui permettent de casser la croûte tranquillement. Petite pause donc…

Le Rocher du Poilu, vu d’en haut…

Le Rocher du Poilu, vu d’en haut…

… le même, vu d’en bas….

… le même, vu d’en bas….

… la petite plate-forme d’observation, et l’inévitable sculpture sur bois.

… la petite plate-forme d’observation, et l’inévitable sculpture sur bois.

Il nous faut rejoindre le col du Schirm, qui est l’objectif de cette randonnée. Descendre 20 m sous le rocher, et prendre à gauche, « triangle rouge », direction Schirm : c’est un large chemin, qui bientôt descend vite ! On croise un premier chemin forestier, et la descente continue de l’autre côté et on arrive sur un autre chemin forestier : prendre alors à gauche. On arrive, par ce chemin du Buchberg-Haut (forêt domaniale de Masevaux), au niveau de notre chemin de retour, qui partira vers la droite, « rectangle rouge-blanc-rouge » ; mais là, pour la forme, on va sur la gauche, jusqu’à l’aire de pique-nique du Schirm. C’est un lieu très fréquenté durant la belle saison, et les installations, tables, bancs et barbecues, ont un peu vieilli.

Le col du Schirm, vu de l’aire de pique-nique…

Le col du Schirm, vu de l’aire de pique-nique…

… mais on ne saura pas par qui elle a été cofinancée !

… mais on ne saura pas par qui elle a été cofinancée !

C’est l’heure du retour : prendre le chemin « rectangle rouge-blanc-rouge » vu tout-à-l’heure, directions Bourbach-le-Bas, Lauw, Sentheim. En attendant, on est au-dessus de Bourbach-le-Haut, sur le chemin Buchberg-Bas, et on y reste. On récupère le sentier qui descend directement de la Roche du Poilu (sans passer par la case « Col du Schirm), et un peu plus loin on découvre la plus récente des sculptures sur souche.

Lassé de sculpter des chouettes, cet artiste-forestier a décidé de faire son autoportrait !

Lassé de sculpter des chouettes, cet artiste-forestier a décidé de faire son autoportrait !

Plus bas, alors que le chemin forestier fait un large virage à gauche, prendre à droite, toujours « rectangle rouge-blanc-rouge », direction Sentheim, etc… Dans un virage, je vois trois chamois qui galopent un peu plus haut : ce sont les premiers animaux sauvages que j’observe cet hiver ! Ce chemin est très agréable, et notre itinéraire est facile, puisque c’est tout droit. La forêt se termine par un chemin creux, et on arrive aux premiers pâturages de Bourbach-le-Bas.

Les premiers pâturages de Bourbach-le-Bas

Les premiers pâturages de Bourbach-le-Bas

Continuer tout droit, toujours « rectangle rouge-blanc-rouge », direction Sentheim. On arrive à la zone de loisirs du Silbachwaeldle (demandez donc à un non-Alsacien de prononcer ce nom, juste pour voir, ou plutôt pour entendre) ;aAu départ du parcours de santé, quelques tables et bancs invitent à une dernière pause.

Avant de partir, je ne résiste pas au plaisir de photographier le panneau des recommandations : cette longue liste d’interdictions est incomplète, il faudrait en rajouter une : « - De ne pas se tromper dans les dates » ! En effet, que se passait-il donc à Bourbach-le-Bas en l'an 1011 ?

Le Silbachwaeldle, c’est toute une histoire !

Le Silbachwaeldle, c’est toute une histoire !

Prendre ensuite sur la droite, et continuer en suivant bien le « rectangle rouge-blanc-rouge », direction Sentheim (par Bergwald). Très beau chemin encore, et on traverse une forêt d’épicéas, puis une autre parcelle associant des arbres adultes à d’autres bien plus jeunes, preuve d’un renouvellement intelligent. Avant la dernière descente, on a un joli coup d’œil sur Sentheim.

Coup d’œil sur Sentheim, alors qu’on amorce la dernière descente.

Coup d’œil sur Sentheim, alors qu’on amorce la dernière descente.

Le chemin, d’abord un peu caillouteux, se transforme en une allée verte, très belle et fort agréable. On arrive en face du pont sur la Doller, et on retrouvera facilement l’itinéraire jusqu’au parking, pour arriver à la voiture, 4 h 45 mn après le départ (*).

Textes et photos : Pierre Brunner, février 2017.

→ AVEC OPENRUNNER : L’accès direct à ce parcours est ici, et il est téléchargeable sur GPS : https://www.openrunner.com/r/10088229

J’AI AIMÉ :

  • L’ensemble de cet itinéraire, aux paysages variés.
  • La montée agréable et progressive.
  • L’excellent fléchage, SIVOM Doller et CV Masevaux.
  • Les points de vue, surtout au Buchberg.
  • Les forêts, plus belles les unes que les autres, et parfaitement entretenues : c’est une occasion précieuse de se ressourcer au contact des arbres !
  • Les découvertes, en particulier le secteur des mines, la chapelle des Mineurs, le Gros Chêne, le Buchberg et le Rocher du Poilu.
  • La descente, très plaisante.

JE N’AI PAS VRAIMENT AIMÉ :

Avoir loupé l’abri Saegenkopf Hütte !

(*) ATTENTION : tous les temps donnés sont indicatifs : ils correspondent à ceux d’une personne adulte entraînée à la randonnée, marchant à une vitesse moyenne à soutenue.

(**) DISTANCE et DÉNIVELÉ : ils sont calculés à partir du site OpenRunner https://www.openrunner.com/

NOTES :

  1. Pour la Maison de la Géologie, voir le site http://www.geologie-alsace.fr/
  2. Cette galerie de roches stériles est longue de 175 m et débouche sur 2 grands filons : elle servait autant à l’écoulement des eaux d’infiltration en cas de pluie qu’à l’évacuation des déblais d’extraction. L’exploitation des filons se faisait depuis la surface, et toutes ces parties supérieures ont été comblées en fin d’activité, en 1860.
  3. Le panneau explique l’origine de ce nom par Knapp = mineurs et Hütte = habitations, puisque les mineurs habitaient dans ce hameau ; mais Knapphütte se traduit plutôt par maisons exigües.
  4. « Chapelle des Mineurs, ou chapelle Notre-Dame, dite Knapp Kapelle ou Knapphutte : cette chapelle de pèlerinage a été construite au XVIIe siècle par les mineurs de Knapphutte, sur un terrain en pente dans la forêt de Bourbach-le Bas ». (Source : http://www.patrimoine-religieux.fr/ ) « Cette chapelle constituait en fait le centre de gravité du hameau de la Knapphütte. Elle a été restaurée une première fois en 1867, peu après l'abandon des mines : endommagée par l'explosion d'une mine antichars à la fin de la deuxième guerre mondiale, elle est tombée progressivement en ruines, au point de disparaître totalement. En 1985, un projet de rectification du chemin forestier qui la longe devait en détruire irrémédiablement les fondations ; une fouille archéologique réalisée alors par "les Trolls" a remis au jour un beau dallage de briques sur lequel reposaient quelques pièces de mobilier (croix en fer forgé, fragments de statuettes de plâtre...) et les restes de l'autel. Sensibilisés par ces découvertes, les élus locaux ont accepté de surseoir à cette destruction et ont encouragé la restauration de ce petit oratoire ; la base des murs a été reconstruite par "les Trolls", la charpente et la toiture remontées par un habitant du village. » (Source : http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=68045_2 ) La chapelle est constituée d'un vaisseau unique rectangulaire, prolongé par un chevet semi-circulaire.
  5. Les industriels de la région, comme ceux de Mulhouse, étaient alors intéressés par ces travaux de recherches (1870 à 1903), qui n’ont pas abouti. D’autant que la potasse venait d’être découverte en plaine, et que le lignite de Ronchamp-Belfort suffisait aux besoins locaux. Il reste sur les hauteurs une halde noirâtre, sans accès aux parties creusées.
  6. On retrouvera cet abri, réalisé en 2002, sur le site http://sentheim.pagesperso-orange.fr/doller/abris.htm et également sur le site https://www.habiter-autrement.org/25_Tourisme/contributions-25/Chalets-de-la-doller-dans-les-Vosges-du-sud.pdf . Ce chalet est bien celui de la commune de Lauw, mais je n’ai rien trouvé sur le site Internet de la mairie de ce village, dommage !
  7. Buch = livre, Berg = montagne, on pourrait donc traduire Buchberg par montagne au livre. Mais Buche = hêtre, il s’agit plutôt d’une montagne couverte de hêtres !
  8. « Dès le 7 Août 1914, le village est en zone française. Le front s’étant stabilisé en janvier 1915 entre Guewenheim et Burnhaupt, il n’a pas souffert des combats et il devient un lieu de cantonnement et de repos pour les unités françaises, qui occupent les tranchées et qui sont relevées tous les 10 à 15 jours. Cette situation perdurera pendant toute la durée de la guerre. » (Extrait de la page de l’histoire de Bourbch-le-Bas, voir sur http://bourbach-le-bas.fr/?p=4650 )
SENTHEIM : LE COL DU SCHIRM, ENTRE FORÊTS ET ROCHERS  (R 53)

REJOIGNEZ MAINTENANT LA COMMUNAUTÉ DES ABONNÉS À CE BLOG : C’EST GRATUIT, ET UN E-MAIL VOUS PRÉVIENDRA À CHAQUE NOUVELLE PARUTION. Pour cela, sur la page d’accueil, cliquez sur Menu : remplissez le cadre avec votre adresse e-mail, et cliquez sur « s’abonner ». Vous recevrez de suite un mail, qu’il faudra confirmer pour valider votre abonnement. C’EST TOUT !

Si cet article appelle une remarque ou si vous avez des idées, N’HÉSITEZ PAS À POSTER UN COMMENTAIRE CI-DESSOUS : TOUTES LES QUESTIONS ET SUGGESTIONS SONT LES BIENVENUES, d’avance MERCI. Attention, avant de valider, il faudra prouver que vous n’êtes pas un robot : ne perdez pas patience !

TOUS CES ARTICLES SONT DISPONIBLES SUR GOOGLE (en tapant simplement LTD RANDO 68), ET ILS PARAISSENT SUR MA PAGE FACEBOOK (Pierre Brunner, Cernay, sur ma photo de profil j’ai naturellement une bonne bouille, une moustache et un béret).