Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LTD RANDO 68
LTD RANDO 68
Menu
RANDONNÉE : L’ÉQUIPEMENT D’HIVER

RANDONNÉE : L’ÉQUIPEMENT D’HIVER

Après l’article « Randonnée : l’équipement de base », paru sur ce blog le 6 octobre 2016, voici un complément pour l’hiver. Le matériel décrit ici est celui que j’utilise ; il ne répond donc à aucune publicité, et n’a d’autre ambition que de donner des idées à celles et ceux qui ont choisi de continuer à pratiquer la randonnée en hiver. Merci d’avance pour les remarques et suggestions que vous nous ferez partager, en écrivant un commentaire au bas de cet article.

Trois paires de gants pour l’hiver. (Photo P.BR. 12/2016)

Trois paires de gants pour l’hiver. (Photo P.BR. 12/2016)

LES PIEDS :

Les chaussures à tiges basses ne sont plus adaptées aux conditions hivernales ! On trouvera sur le site http://www.hardloop.fr/article/0322-comment-bien-choisir-ses-chaussures-de-randonnee de très bons et très précieux conseils, même si certaines marques y apparaissent beaucoup plus que d’autres… Pour ma part, j’avais l’habitude des chaussures Salomon, mais les comparatifs récents mettent en évidence les problèmes que j’ai rencontrés avec ma dernière paire : usure beaucoup trop rapide de la semelle, et mauvaise imperméabilisation. Impossible de randonner dans ces conditions, d’autant que ces chaussures sont chères !

J’ai opté pour un modèle récent, marque Quechua (c’est la marque Décathlon), la Forclaz 700 Mid (mid = tiges moyennes). En voici le descriptif et les caractéristiques (il y a des mots que je ne comprends pas), fournis par la marque : chaussure de randonnée imperméable homme, conçue pour la randonnée en montagne de un à plusieurs jours, par tous temps, sur terrains techniques. Pour un usage régulier. C’est une véritable chaussure de marche d’approche en cuir, technique, imperméable et adhérente.

La chaussure Forclaz 700 Mid : tous les hommes n’aiment pas sa couleur, moi j’adore ! (Photo Décathlon)

La chaussure Forclaz 700 Mid : tous les hommes n’aiment pas sa couleur, moi j’adore ! (Photo Décathlon)

  • Accroche : semelle CrossContact pour une très bonne adhérence sur le rocher.
  • Précision : taillant précis grâce à un laçage prolongé sur l’avant du pied.
  • Maintien du produit : 360° system enveloppant le pied pour un meilleur maintien.
  • Amorti : amorti EVA compressé et 1ère de propreté en PU moulée pour plus de confort.
  • Stabilité : stabilité renforcée grâce au X Stab concept.
  • Imperméabilité : membrane imperméable et respirante, conçue pour 4 h de marche en terrain humide.
  • Poids : 545 g la chaussure en T 43.
  • Garantie : 2 ans.
  • Prix : 89,99 € (au 20/10/2016, Décathlon Wittenheim)

Comme cela est conseillé, j’ai marché un bon moment dans le magasin, chaussures aux pieds, avant de me décider. Par la suite, je les ai utilisées progressivement : 1ère marche d’une heure seulement et en terrain plat, 2ème marche de 2 h, dont la moitié en montée, et 3ème marche de 4 h, dont 1h30 de montée, 1 h de plat, et 1h30 de descente. Je me suis de suite senti bien dans ces chaussures, et j’ai su que je n’aurai jamais d’ampoule ! Depuis, j’ai fait des marches plus longues (jusqu’à 6 h), et j’ai rajouté une semelle isolante à l’intérieur. J’ai marché dans la neige et dans l’eau, l’imperméabilité est parfaite. L’accroche est bonne, le confort et le maintien aussi : je suis donc à ce jour pleinement satisfait. Naturellement, ces chaussures ne sont ni pour la haute montagne, ni pour l’escalade, ni pour les glaciers !

Mes nouvelles chaussures d’hiver. (Photo P.BR. 12/2016)

Mes nouvelles chaussures d’hiver. (Photo P.BR. 12/2016)

Partir en montagne lorsqu’il y a de la neige nécessite de prendre quelques précautions pour ses pieds : j’emporte systématiquement des guêtres, qui empêchent la neige de rentrer trop facilement dans les chaussures. Les miennes sont très anciennes (30 ans au moins), mais elles sont toujours opérationnelles ! Un crochet permet de les fixer aux lacets des chaussures, et elles ont une fermeture éclair. Poids : même pas 100 g les deux ! J’emporte aussi des sous-semelles en caoutchouc et à crampons en fer : très légères (150 g les deux), elles se fixent simplement sous la chaussure, et évitent de glisser sur un terrain gelé, voire verglacé. Mais elles ne servent à rien du tout dans la neige !

Enfin, j’emporte un petit bout carré d’un vieux tapis de sol de gym (poids : 50 g maxi) : coupé à la dimension de mon auguste postérieur et aussi de mon sac à dos, il me permet de m’asseoir au sec, le temps d’une pause ou d’un casse-croûte.

1 = les guêtres ; 2 = les sous-semelles antidérapantes ; 3 = le petit siège portatif. Poids total inférieur à 200 g ! (Photo P.BR. 12/2016)

1 = les guêtres ; 2 = les sous-semelles antidérapantes ; 3 = le petit siège portatif. Poids total inférieur à 200 g ! (Photo P.BR. 12/2016)

Lorsque la hauteur de neige dépasse les 20 à 30 cm, les raquettes offrent de bonnes perspectives. Le plus simple est de les emporter, dans leur étui fixé sur le sac à dos, et de les mettre aux pieds dès que le besoin s’en fait sentir. Je préconise d’en préparer le réglage tranquillement chez soi, la manœuvre sera plus facile dans le froid et la neige ! Il existe différents modèles et donc différents prix : pour la randonnée, il faut éviter les premiers prix, qui sont vraiment trop « gadgets » et de mauvaise qualité ! Marcher avec des raquettes aux pieds est un vrai plaisir, mais il faut savoir que c’est fatiguant, surtout si on veut avancer vite, parce qu’on fait de très grands pas. En descente, on peut même sauter et courir, selon l’état de la neige !

Mes raquettes de neige, de marque Quechua (Photo P.BR. 12/2016)

Mes raquettes de neige, de marque Quechua (Photo P.BR. 12/2016)

LES MAINS :

Les gants sont pour moi d’une grande importance, vu que j’ai facilement des gerçures aux bouts des doigts. J’en ai 3 paires, qui sont, par ordre croissant d’efficacité :

  1. Des sous-gants en soie : ils sont suffisants au début de l’hiver, et leur légèreté me permet de les garder pour faire des photos ou utiliser mon enregistreur numérique, ce qui est bien pratique. Inconvénients : inutilisables dès qu’il tombe des gouttes (pluie ou neige), ils absorbent et retiennent la transpiration, et donc s’humidifient très vite ! Prix : quelques euros, dans les grands magasins de sport.
  2. Des vrais gants de randonnée nordique OW, équipés de l’isolation Thinsulate 40 grammes : la chaleur du corps est retenue, ils n’absorbent ni la transpiration ni l’humidité extérieure, et sont parfaits pour une activité intense dans un froid modéré. Seul inconvénient : leur prix (49,90 € au Sport & Loisirs Leclerc de Cernay).
  3. Des gants classiques de ski alpin « Lafuma », parfaitement chauds, imperméables et enveloppants, réservés aux sorties par grands froids ! (je les ai depuis une dizaine d’années au moins).

Dans la pratique, j’emporte toujours 2 paires de gants : ainsi, je dispose d’une paire bien sèche pour le retour, après la pause…

Les sous-gants en soie….

Les sous-gants en soie….

… les gants de randonnée OW…

… les gants de randonnée OW…

… les gants de ski. (Photos P.BR. 12/2016)

… les gants de ski. (Photos P.BR. 12/2016)

J’ai dit que les gerçures me pèlent le bout des doigts. Je leur livre donc une lutte féroce, grâce à 3 produits, vendus en pharmacie :

  1. Crème Uriage Bariéderm, isolante et réparatrice : j’en tartine une bonne couche (que je fais pénétrer) systématiquement avant chaque sortie.
  2. Crème Neutrogena formule norvégienne, hydratante et concentrée : j’en mets une noisette chaque soir avant de me coucher.
  3. Filmogel Urgo Crevasses main, qui soulage, referme et cicatrise : j’en tartine une couche sur chaque crevasse. C’est parfait, mais ça brûle au moment de l’application, qu’il faut renouveler plusieurs fois par jour. Et c’est cher, presque 10 € le petit flacon !
En plus des crèmes, j’ai rajouté sur la photo des fruits : une bonne alimentation équilibrée ne peut faire que du bien aux gerçures ! (Photo P.BR. 12/2016)

En plus des crèmes, j’ai rajouté sur la photo des fruits : une bonne alimentation équilibrée ne peut faire que du bien aux gerçures ! (Photo P.BR. 12/2016)

Je souhaite aussi parler des bâtons puisque j’ai renouvelé mon équipement, en profitant d’une promo (fin de série) Décathlon. J’en suis très content : ce sont des Komperdell R-Hiker. « Conçus pour randonneur à la journée, en trek ou en ski alpinisme, à la recherche de légèreté et de robustesse », dit la promo. Dans la pratique :

  • Poignée en liège, qui assure une préhension ergonomique et un confort incroyable (double position, dragonne doublée).
  • Légèreté appréciable : 280 g le bâton.
  • Réglage ultra facile, grâce aux 3 brins avec blocage par clips. Longueur replié : 65 cm. Longueur maxi déployé : 140 cm. Le blocage par clips est à présent d’une fiabilité parfaite, vraiment-vraiment.
  • Garantie 2 ans ; prix promo (encore d’actualité jusqu’à épuisement du stock) : 59,99 € (au lieu de 79,99 €).
Les nouveaux bâtons, ici dans mon jardin ! (Photo P.BR. 12/2016)

Les nouveaux bâtons, ici dans mon jardin ! (Photo P.BR. 12/2016)

La poignée en liège…

La poignée en liège…

… le réglage très facile (1 seul réglage par bâton)…

… le réglage très facile (1 seul réglage par bâton)…

… et le serrage par clips. (Photos P.BR. 12/2016)

… et le serrage par clips. (Photos P.BR. 12/2016)

Suivant le conseil du fabriquant, il est nécessaire de stocker les bâtons clips ouverts, même du jour au lendemain.

 

LA SÉCURITÉ :

En hiver, il faut être encore plus vigilant. Parce que le froid peut amoindrir les réflexes, parce qu’il y a moins de monde sur les itinéraires de randonnées, parce que la nuit tombe vite, parce que le temps change vite lui-aussi (le brouillard est très dangereux), etc… etc…

J’emporte donc systématiquement dans mon sac à dos :

  • Un Thermos (pardon : une bouteille isolante) de boisson chaude, thé-tisane légèrement sucrée ;
  • Une couverture de survie ;
  • Une lampe frontale (piles en bon état !) ;
  • Le téléphone portable, même s’il n’y a pas partout du réseau…

Lorsque nous partons à 2 ou plus, une paire de talkie-walkie (Twintalker) permet au premier et au dernier de rester en liaison permanente et instantanée, en cas de problème. J’ai opté pour un modèle d’entrée de gamme, d’une portée moyenne de 2 km, ce qui est très suffisant (acheté il y a 2 ans au Aldi de Cernay).

Sur ce banc, voici la sécurité de base. (Photo P.BR. 12/2016)

Sur ce banc, voici la sécurité de base. (Photo P.BR. 12/2016)

N’HÉSITEZ PAS À POSTER UN COMMENTAIRE CI-DESSOUS : TOUTES LES REMARQUES, QUESTIONS ET SUGGESTIONS SONT LES BIENVENUES.

DANS LA FOULÉE, ABONNEZ-VOUS À CE BLOG : C’EST GRATUIT, ET UN E-MAIL VOUS PRÉVIENDRA À CHAQUE NOUVELLE PARUTION !

TOUS CES ARTICLES SONT DISPONIBLES SUR GOOGLE (en tapant simplement LTD RANDO 68), ET ILS PARAISSENT SUR MA PAGE FACEBOOK (Pierre Brunner, Cernay, j’ai une bonne bouille et un béret sur ma photo de profil).