Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LTD RANDO 68
LTD RANDO 68
Menu
MOOSCH, RIVE DROITE   (R 05)

MOOSCH, RIVE DROITE (R 05)

→ 15,8 km  ~ D+ 732 m  ~ Un peu difficile (3/6) ~ *** ~ Non compatible VTT-VAE

La haute vallée de la Thur offre de nombreuses possibilités de randonnées, toutes très intéressantes. En voici une au départ de Moosch, qui présente l’avantage du circuit : nous sommes en rive droite de la Thur, versant Est des montagnes.

Départ et arrivée : vaste parking juste avant le pont sur la Thur (alt 388 m), avec déchetterie, atelier communal et caserne des pompiers : en arrivant au centre-ville de Moosch par la RN 66, au feu de signalisation en face de l’église, tourner à gauche (dans le sens montant) rue des Écoles et poursuivre jusqu’au parking.

Distance : 15,8 km (**). Dénivelé positif : 732 m (**). Difficulté particulière : aucune ! Temps total : 5 h env, pauses et arrêts photos compris (*). Conseils : chaussures de rando, bâtons si besoin, bouteilles d’eau et casse-croûte dans le sac à dos, en plus des vêtements selon le temps et la saison.

Descriptif (la carte est à la fin) :

Passer le pont sur la Thur (en direction du bar Le Coyote), et continuer tout droit rue de la Mine d’Argent, en direction du camping de même nom : suivre la route goudronnée, direction Gsang-Belacker. Passer le camping et continuer jusqu’au panneau du sentier de découverte du Bubalafels (1). Après avoir lu le panneau, faire cette intéressante petite boucle (20 mn, 50 m de dénivelé, suivre le cincle plongeur) avec ses 2 ponts de bois, son escalier aux marches métalliques (préférer le sens de la montée, ça glisse moins), sa cascade (surtout au printemps) et son mini-belvédère. C'est très beau et très complet !

La cascade du Bubalafels : une petite merveille à découvrir !

La cascade du Bubalafels : une petite merveille à découvrir !

Retour sur la route, qui est maintenant un chemin empierré carrossable, et suivre le « triangle jaune » et les panneaux des auberges Gsang et Belacker. On arrive à l’étang des Noisetiers (avec son chalet, propriété de l’amicale des pêcheurs de Moosch) Prendre sur la gauche en suivant notre direction (un « plus rouge » s’ajoute, vers le Belacker) : on arrive à un refuge verrouillé, seules les tables sont accessibles. Le chemin forestier se transforme en un joli sentier, qui s’élève rapidement au-dessus du torrent, justement nommé Waldrunz (2), car à part les arbres, les cailloux et le ruisseau, il n’y a guère de place pour autre chose !

Le sentier rejoint la route empierrée : continuer vers le Gsang par Huttaloch (Huttenloch) et Kolabi (Kolabiwald) (3). La forêt ici est magnifique, mélange de feuillus et de résineux.

La forêt communale de Moosch, dans la montée vers le Gsang.

La forêt communale de Moosch, dans la montée vers le Gsang.

Un peu plus haut, dans un virage (ne pas prendre le sentier Gustave vers Belacker, mais continuer notre itinéraire « triangle jaune »), on profitera d’une bonne eau fraîche directement sortie de la roche, ce qui est quand même rare en montagne.

Une vraie source d’eau fraîche au Huttenloch, alt 719 m : cette fontaine a été aménagée par le Club Vosgien de St-Amarin.

Une vraie source d’eau fraîche au Huttenloch, alt 719 m : cette fontaine a été aménagée par le Club Vosgien de St-Amarin.

Un peu plus haut, signalé par un banc, un rocher (alt 758 m) offre un point de vue saisissant sur le vallon du Waldrunz : il y aurait là, sur le rocher voisin, le site d’escalade de l’Unter Krappenfels (4). Dans un autre genre et plus simplement, on appréciera un étonnant nichoir à oiseaux 100% naturel, qui mérite bien une photo !

L’étonnant nichoir près de l’Unter Krappenfels.

L’étonnant nichoir près de l’Unter Krappenfels.

Au col Kolabi, alt 787 m, un panneau Natura 2000 (réseau écologique européen et contrat de conservation de la biodiversité des forêts montagnardes de Moosch) a été placé un peu à l’écart au-dessus du chemin, et il faut grimper pour le lire. La montée continue par le chemin empierré, et c'est tout droit. On arrive au « parking » du Gsang : continuer par le chemin « site protégé du massif du Rossberg », et on se réjouira de l’absence de véhicules motorisés !

Clin d’œil humoristique au Gsang : ces deux pensionnaires, souvent photographiés, sont normalement assurés de ne pas finir dans les assiettes !

Clin d’œil humoristique au Gsang : ces deux pensionnaires, souvent photographiés, sont normalement assurés de ne pas finir dans les assiettes !

On pénètre dans le domaine de la ferme-auberge du Gsang avec d’abord un vieux hangar mi-tôles et mi-bois. Passer ensuite devant la ferme, et continuer en direction du Thanner Hubel, en suivant cette fois un « triangle rouge ». En arrivant sur les chaumes du Rossberg, prendre la trace qui part sur la gauche : ce sentier presque horizontal se dirige vers l’ancienne ferme du Rossberg. On verra d’ailleurs le panneau « triangle rouge » sur le premier arbre : cet étonnant végétal, dont le tronc n’en finit pas de pourrir et de tomber en morceaux, parvient cependant à repartir en végétation année après année.

Un arbre étonnant, bien connu des randonneurs, pousse sur les chaumes du Rossberg.

Un arbre étonnant, bien connu des randonneurs, pousse sur les chaumes du Rossberg.

En fait, le sentier monte légèrement : nous profiterons des abords de l’ancienne ferme et du panorama sur la haute-vallée de la Thur pour une pause casse-croûte.

L’ancienne ferme du Rossberg, et les panneaux indicateurs du Club Vosgien.

L’ancienne ferme du Rossberg, et les panneaux indicateurs du Club Vosgien.

Suivre maintenant l’itinéraire « rectangle rouge blanc rouge », en direction de Moosch (et Willer) ; après l’ancienne ferme, le chemin monte encore un peu. Le Grand Ballon nous fait face au loin, tandis qu’on passe entre des arbres remarquables aux multiples troncs, qui ressemblent à des parasols géants ; certains annoncent même qu’ils ont été conservés pour la biodiversité ! On change de versant (altitude 1 050 m, point le plus haut de cette rando), et on descend sur le Thanner Hubel. Sans remonter vers la ferme-auberge (ignorer le « triangle rouge »), prendre sur la gauche, direction Willer, Bitschwiller, Moosch. Continuer ensuite tout droit (le « triangle bleu » n’est pas pour nous) : ce magnifique sentier forestier dévale jusqu’à l’abri du Blaufels (5), où on pourra faire une deuxième pause, d’autant que l’endroit s’y prête à merveille !

Envie d'une pause au Blaufels ?

Envie d'une pause au Blaufels ?

Reprendre le sentier « rectangle rouge blanc rouge », qui part juste entre le barbecue et la table en bout de terrasse. On arrive sur un chemin forestier qui fait son virage ici : il suffit de traverser le chemin forestier, et notre le sentier repart de l’autre côté, la signalétique est bien visible !

Ces branches se sont tordues pour mieux monter vers la lumière du soleil !

Ces branches se sont tordues pour mieux monter vers la lumière du soleil !

Plus bas, on ignore le sentier vers le Bubalafels, et on arrive à un autre chemin forestier, qu’il faut prendre par la droite, et suivre un bon moment, l’itinéraire se partageant avec le sentier des quatre collines ! C’est un peu long, mais pas désagréable. Juste avant un croisement, on remarque un arbre étrange, avec ses branches qui montent désespérément vers la lumière. Plus bas, en arrivant à un pâturage, on va dévier et suivre le fléchage des quatre collines : le temps d’ouvrir un portillon drôlement ingénieux, et de gravir cette petite pente (en deux temps), on arrive au Brandebel, alt 555 m, qui n’offre pas de vue exceptionnelle, mais un banc pour quelques minutes de repos, avec St-Amarin au fond de la vallée.

La colline Brandebel et son fameux banc.

La colline Brandebel et son fameux banc.

Retour au portillon, et la descente s’accélère pour la dernière partie. On retrouve vite la rue de la Mine d’Argent, puis le pont sur la Thur et le parking, à peine plus de cinq heures après avoir quitté la voiture.

Textes et photos : Pierre Brunner, juin 2016.

→ AVEC OPENRUNNER : L’accès direct à ce parcours est ici, et il est téléchargeable sur GPS : https://www.openrunner.com/r/10107797

Carte :

On trouvera ici :

  • P = parking
  • 1 = sentier de découverte du Bubalafels
  • 2 = fontaine du Huttenloch
  • 3 = ancienne ferme du Rossberg
  • 4 = abri du Blaufels
  • 5 = colline Brandebel
Carte de randonnée IGN – ClV 3620 ET « Thann Masevaux Ballon d’Alsace » au 1 : 25 000.

Carte de randonnée IGN – ClV 3620 ET « Thann Masevaux Ballon d’Alsace » au 1 : 25 000.

Notes :

  1. Traduction : la roche aux bébés. Explication : dans la vallée, les croyances liées aux sources et aux cascades se rapportent souvent à la fertilité, comme ici la légende du Bubalafels. À Moosch donc, on racontait aux enfants que les bébés venaient non pas avec les cigognes, mais d’un rocher situé à côté de la cascade : les couples qui attendaient un heureux événement devaient s’y rendre pour frapper le rocher avec une baguette de saule, et le bébé ne tardait pas à faire entendre ses premiers cris ! L’eau limpide de la cascade était aussi réputée pour aiguiser l’amour des jeunes couples, en leur assurant une prolifique descendance !
  2. Traduction : le sillon de la forêt.
  3. Traductions probables : Huttenloch = le trou du refuge ; Kolabiwald = forêt des charbonniers.
  4. Traduction : en-dessous des griffes du rocher. Je n’ai rien trouvé sur Internet au sujet d’un éventuel site d’escalade, à part un autre « Krappenfels » en Lorraine, et un autre encore en Allemagne…
  5. Traduction : le rocher bleu. Cet abri fera l’objet d’un tout prochain article sur ce blog, et je n’en parle donc pas davantage maintenant.

(*) Le temps donné ici est indicatif : il corresponde à celui d’une personne adulte entraînée, qui se déplace à une vitesse moyenne à soutenue.

(**) DISTANCE et DÉNIVELÉ : ils sont calculés à partir du site OpenRunner https://www.openrunner.com/