Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LTD RANDO 68
LTD RANDO 68
Menu
L’ABRI VOGESAPFADHISLÀ

L’ABRI VOGESAPFADHISLÀ

La commune de Bitschwiller-lès-Thann, qui a installé l’abri du Baecherkopfhislà en 2002 (voir l’article publié sur ce blog le 23 mai 2016), avait déjà mis en place un premier abri forestier en 1997, côté rive droite de la Thur : le Vogesapfadhislà.

L’abri du Vogesapfadhislà : 19 ans de bons et loyaux services ! (Photo P.BR. 06/2016)

L’abri du Vogesapfadhislà : 19 ans de bons et loyaux services ! (Photo P.BR. 06/2016)

Son nom vient de celui d’un sentier qui relie le village de Bitschwiller (altitude 360 m) au massif du Thanner Hubel (altitude du sommet : 1 183 m) : ce sentier s’appelle le Vogesapfad, ce qui signifie justement le sentier vosgien ! L’abri Vogesapfadhislà, ou « la petite maison du sentier vosgien », a été construit à mi-parcours et à mi-pente, juste en contrebas de la place Zundel (1), à une altitude de 766 m env. Voici ce qu’on peut lire dans le Bulletin Municipal d’informations n° 29 de l’année 1998, qui mettait la photo de l’abri à sa Une, et aussi en illustration du mot du maire : « Préservé du déferlement des touristes motorisés, le massif du Rossberg et du Thannerhubel a su conserver un caractère d’authenticité apprécié de tous ceux qui aiment véritablement la nature. L’on oublie trop souvent que ce patrimoine n’a pu parvenir jusqu’à nous dans cet état de conservation qu’en raison de la sagesse de ceux qui en ont assuré la gestion par le passé. Aujourd’hui il nous appartient de poursuivre cette gestion raisonnable en préservant non seulement ce magnifique site naturel des agressions des promoteurs du béton touristique, mais également des visées de certains ‘’protecteurs de la nature’’ qui souhaitent le transformer en sanctuaire d’où sera exclue toute présence humaine ». C’est là une véritable profession de foi !

Accès à pied :

Extrait de la carte de randonnée (carte topographique TOP 25) IGN & Club Vosgien 3620 ET Thann Masevaux.

Extrait de la carte de randonnée (carte topographique TOP 25) IGN & Club Vosgien 3620 ET Thann Masevaux.

Depuis Bitschwiller, prendre la route D14bIV (c’est compliqué), qui s’appelle aussi la rue Joffre (c’est plus simple) : en venant de Thann, tourner à gauche au feu rouge, direction col du Hundsruck et Bourbach. Le sentier qui nous intéresse, repéré par le Club Vosgien avec un « plus jaune », part sur la droite bien après le passage à niveau, juste à hauteur de l’entrée de la maison de retraite Jules Scheurer ; comme il n’y a pas de place pour stationner ici, les véhicules seront laissés sur un des parkings 100 m plus loin, dans le premier virage. La rue goudronnée laisse vite la place à un chemin, qui passe près des nouveaux bâtiments de la maison de retraite et monte dans la forêt. Autrefois, des vignes en terrasse devaient pousser dans le coin, comme en témoignent d’anciens murs en pierre. À la première clairière, continuer tout droit sur un joli sentier, qui est vraiment le Vogesapfad (sentier vosgien). On croise la petite route d’accès à la ferme-auberge du Thanner Hubel, qui part du col du Hundsruck, et on rejoint plus haut le sentier qui monte de Willer-sur-Thur. Attention, 100 m après une deuxième clairière, prendre le sentier qui monte légèrement sur la gauche, on retrouvera le signe « plus jaune » plus loin ! On rejoint un autre itinéraire venant de Willer par Altrain, et on arrive alors rapidement à l’abri. Pour cette montée, compter entre 45 mn et 1 heure de temps, pour 400 m de dénivelé positif.

Description de l’abri :

Toujours dans le Bulletin Municipal d’informations n° 29 de l’année 1998, il est écrit : « Étudié par les services de l’ONF (Office national de la forêt), sous la houlette de M. Guth, notre garde forestier, l’abri a été inauguré le 7 septembre dernier (2) à l’occasion de la traditionnelle sortie pédestre des sociétés dont c’était la 20ème édition. Le coût de cette réalisation financé par la Commune avec l’aide des subventions du Conseil Général, de la Communauté de Communes (de Thann) et du Club Vosgien s’élève à 130 000 F (3). À noter également que cette construction a non seulement mobilisé les bûcherons et le personnel de la Commune mais aussi le Conseil Municipal au grand complet, qui a assuré la pose de la toiture ».

Le blason communal et la plaque d’identité de l’abri. (Photomontage P.BR. 06/2016)

Le blason communal et la plaque d’identité de l’abri. (Photomontage P.BR. 06/2016)

Au-dessus de la porte d’entrée, un panneau indique le nom exact de l’établissement, et un autre reproduit le blason communal (4) ; un petit écriteau rappelle les conseils de bons sens sur la gestion de l’endroit.

Le Vogesapfadhislà est un bel abri en bois, avec des demi-rondins à l’extérieur et des lambris à l’intérieur, le tout dans un état remarquable. Les dimensions extérieures sont de 4m70 en largeur pour 4m90 en profondeur. Il y a quatre fenêtres en plexi, deux grandes sur les longueurs, et deux petites de chaque côté de la porte. Elles sont bien isolées, de même que la porte, qui ferme bien. La charpente est en excellent état, avec une couverture métallique.

Vue de l’intérieur de l’abri. (Photomontage P.BR. 06/2016)

Vue de l’intérieur de l’abri. (Photomontage P.BR. 06/2016)

À l’intérieur, on trouve une grosse cheminée en pierre en très bon état, équipée d’une grille solide, plusieurs grilles plus fines étant à disposition. Cette cheminée peut être utilisée pour tous les types de cuissons, le style barbecue étant le plus approprié, et aussi pour réchauffer l’abri en hiver, même si le foyer est à vif. Différents outils, tisonnier, racloir à cendre, balais et pelle, scies à bois, sont à disposition. Une grande table en bois solide, avec des bancs tout autour, offre entre 15 et 20 places ; une autre, un peu plus petite, accueille une dizaine de convives. Ces tables ont été réalisées par l’atelier bois de Saint-Dié, sous l’égide de l’Office National des Forêts. Quelques patères et un fil d’étendage peuvent aussi être utilisés. L’ensemble est d’une propreté remarquable !

À l’extérieur, on trouve une petite réserve de bois déjà coupé, une première table abritée sous une avancée du toit (8 places), et un peu plus loin deux autres tables rustiques et solides en bois avec leurs bancs (10 et 8 places). Il n’y a pas de barbecue, et le feu sur le sol « à la sauvage » n’est guère recommandé en pleine forêt !

À l’extérieur, une des tables et la petite réserve de bois. (Photo P.BR. 06/2016)

À l’extérieur, une des tables et la petite réserve de bois. (Photo P.BR. 06/2016)

Précisons encore que le site http://www.refuges.info/, dans une fiche créée par Drickos, indique que cette cabane non gardée a les caractéristiques suivantes : « très bien isolée, cheminée, ruisseau en contrebas, deux grandes tables », et que « l'abri a été refait très récemment (2009) ». Et d’ajouter les habituels éléments : rien n’y est prévu pour dormir (pas de matelas ou de couverture), il n’y a ni latrines ni eau à proximité, pas de poêle non plus, mais une cheminée, et le bois ne manque pas dans les alentours !

Entretien :

Comme son cousin du Baecherkopfhislà, l’abri du Vogesapfadhislà est pour l’essentiel entretenu par la commune. Je reprends ici ce que nous avait dit M. Denis Auer, adjoint au maire de Bitschwiller-lès-Thann, chargé de l’environnement et des affaires sociales : « C’est la commune (qui s’occupe de l’entretien), avec les ouvriers communaux. Le garde-forestier passe souvent, moi-même aussi, en tant qu’adjoint à la forêt. Il y a des bénévoles, comme d’anciens bûcherons. Pour le bois, c’est le garde forestier qui le met. Dans le cadre de la Journée Citoyenne, il y a aussi des équipes qui montent, et donnent un coup de jeune ». Et d’ajouter : « Je souhaite que les gens qui y viennent le gardent en bon état, propre et rangé, pour les jeunes qui suivront, en espérant qu’ils suivent ! »

Il faut noter que les élus et des membres des associations de la commune, lors de leur sortie annuelle, se rendent souvent au Vogesapfadhislà, ce qui leur permet de vérifier le bon état de leur abri. Et comme l'a dit M. Auer, l’an dernier, en 2015 donc, à l’occasion de la Journée Citoyenne, un chantier a permis de refaire la peinture intérieure de l’abri, ponçage du mobilier et retournement du plateau des tables, le tout sous la conduite de M. Marc Tschaegle, de l’ONF.

Conclusion de l’article ‘’L’abri forestier et son inauguration’’ paru dans le Bulletin Municipal d’informations n° 29 de l’année 1998 : « Conçu pour résister aux aléas climatiques et adapté à une utilisation intensive, le Vogesapfadhislà marque le lien très fort qui existe entre les Bitschwillerois et leur patrimoine naturel et constitue aussi un témoignage de leur sens de l’accueil et de l’hospitalité ».

La place Zundel :

Place Zundel, petit clin d’œil au pic noir, qui creuse sa loge dans un grand hêtre. (Photomontage P.BR. 06/2016)

Place Zundel, petit clin d’œil au pic noir, qui creuse sa loge dans un grand hêtre. (Photomontage P.BR. 06/2016)

En un petit quart d’heure, on arrive à la place Zundel : suivre le sentier « plus jaune » au-dessus de l’abri, jusqu’à la petite route goudronnée, qu’on suivra sur la droite par le « triangle bleu ». La place est en fait un grand virage de la route d’accès à la ferme-auberge Thanner-Hubel, la route laissant alors la place à un chemin empierré. Cette place (altitude 776 m) marque la limite entre les communes de Bitschwiller et Willer. Deux tables (dont une très moche) et leurs bancs permettent les pauses casse-croûte. Le plus intéressant est un panneau de présentation « à la découverte du massif du Thanner-Hubel », qu’on prendra le temps de lire !

De la place Zundel, on peut rallier l’abri du Blaufels (alt 808 m), ou l’itinéraire qui monte vers l’ancienne ferme du Rossberg, puis le Gsang et le Belacker. On peut aussi rejoindre le col du Hundsruck, en suivant simplement la petite route carrossable dans le sens de la descente.

Notes :

  1. Louis Zundel, né à Mulhouse en 1880, décédé en 1948, fils de Charles Zundel (1827-1907), professeur à Mulhouse et de Mathilde Rouge (1842-1895). Louis Zundel a été ingénieur EZP (Ecole polytechnique de Zurich) à Thann, dans les établissements Scheurer & Lauth (manufacture de tissus). Marié en 1913 à Violette Laederich, il a eu 5 enfants, tous nés à Thann. À Thann justement, il anima et présida la section locale du Club Vosgien de 1910 jusqu’à sa mort ; en 1924, il lança l’idée de la création d’une section de ski et dirigea avec enthousiasme la construction du refuge Emile Schubetzer, au-dessus de la ferme-auberge. En 1927 une fête montagnarde attira de nombreux amis au Thanner Hubel autour du refuge où Louis Zundel, en botaniste émérite, aménagea un jardin alpin. Il a aussi écrit le livre « Profils de la chaîne des Alpes vue du Rossberg » : l’ouvrage de 34 pages, avec des cartes dont il avait calculé et établi lui-même les relevés, a été parachevé par quelques membres de sa famille et publié après sa mort. La place dénommée " Place Louis Zundel ", plus connue sous le nom de "Zundel Platzla", lui a été dédiée sur le chemin menant au Thanner Hubel. (Sources : blog histoires et traditions de Bourbach-le-Haut, et panneau d’informations sur la place Zundel).
  2. En 1997 donc !
  3. Environ 20 000 € de maintenant, mais selon la valeur d’il y a 20 ans.
  4. « La lune, emblème de Saint-Amarin, rappelle l'appartenance de Bitschwiller au val de Saint-Amarin (jusqu'à la Révolution) ; le pic de mineur symbolise les anciennes mines de fer ; la roue dentée évoque la fonderie qui existait jadis à Bitschwiller ».