Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LTD RANDO 68
LTD RANDO 68
Menu
RIMBACH-près-MASEVAUX : ENTRE RUCHBERG ET FUCHSFELSEN   (R 04)

RIMBACH-près-MASEVAUX : ENTRE RUCHBERG ET FUCHSFELSEN (R 04)

→ 13,5 km  ~ D+ 564 m  ~ Un peu difficile (3/6) ~ *** ~ Non compatible VTT-VAE

Ces deux noms peu connus nous orientent vers une randonnée courte mais inoubliable, tant elle est riche en panoramas grandioses. Au-dessus de Rimbach-près-Masevaux, on ira de découvertes en étonnements, voire en émerveillements !

Le belvédère du Fuchsfelden, alt 1021 m.

Le belvédère du Fuchsfelden, alt 1021 m.

Départ et arrivée : parking ''randonneurs'', aménagé en face de l’église de Rimbach-près-Masevaux (alt 550 m). En venant en voiture par la vallée de la Doller (D 466) jusqu’à Oberbruck, soit 10 km après Masevaux, prendre à droite en direction de Rimbach (D 14bis). En plus des nombreuses places de stationnement, ce parking dispose de tables et bancs, et même de terrains de pétanque !

Distance : 13,5 km (**). Dénivelé positif : 564 m (**). Difficulté particulière : la montée entre le Ruchberg et le col de Rimbach. Temps total : 4 h 30, pauses et arrêts photos compris (*). Conseils : bâtons de rando si besoin, bouteilles d’eau et un petit casse-croûte dans le sac à dos, en plus des vêtements et tee-shirt de rechange, selon le temps et la saison. Niveau du circuit : un peu difficile (3/6)

LA CARTE : 

Carte iGN-CV au 1:25 000ème 3620 ET (Thann Masevaux).

Carte iGN-CV au 1:25 000ème 3620 ET (Thann Masevaux).

Descriptif :

Monter par la rue principale vers le haut du village ; à l’Auberge du Touriste, prendre à droite rue du Pâtre, en suivant le panneau du Club Vosgien « rectangle rouge-blanc-rouge », direction Ruchberg Belacker. Continuer tout droit, après le pont ça tourne sur la droite, et un peu après, une passerelle évite de se mouiller les pieds. On récupère un chemin dans la verdure, puis un chemin carrossable qui monte dans le vallon qu’on découvre peu à peu sur notre droite, en fait plein Est : c’est le très agréable vallon du ruisseau Kerbach, et les fils électriques et de téléphone indiquent qu’il y a encore de la vie par là. Il y a bien une maison, et plus haut, après avoir retraversé le ruisseau, on devine les toits d’une ferme. Il faut signaler que dans tout ce secteur (et on le verra aussi en redescendant), les bûcherons ont fait un travail propre : les branches et écorces sont entassées sur le bas-côté, et les bûches et grumes empilées sans abîmer ni perturber les chemins. Dans un large virage, on prend sur la gauche, toujours en suivant le même panneau et la même direction, et on arrive à la ferme du Ruchberg (1).

La ferme du Ruchberg, en haut du vallon du Kerbach.

La ferme du Ruchberg, en haut du vallon du Kerbach.

Notre sentier part sur la droite, juste avant la ferme, et la montée commence par un petit portillon. Elle se terminera de la même manière 25 mn plus tard au col de Rimbach (2). Cette grimpée (240 m de dénivelé !) comprend deux parties : la première, qui dure 15 mn, est la plus dure, et elle est en plein soleil (en été il vaudra mieux éviter les heures chaudes de la mi-journée), mais on pourra souffler en se retournant plusieurs fois afin de profiter du panorama qui s’agrandit sur nos arrières ; la seconde, 10 mn à couvert en forêt, se termine par quelques lacets vite absorbés.

Coup d’œil en arrière, dans la montée vers le col de Rimbach.

Coup d’œil en arrière, dans la montée vers le col de Rimbach.

Au col (alt 940 m), la cabane construite par les jeunes de Mollau en 2005 permet à 6 personnes de casser la croûte à l’abri du soleil ou de la pluie : ses 3 m de long pour 2,5 m de large sont suffisants, et la porte est toujours ouverte !

Au col de Rimbach, la cabane construite par les jeunes de Mollau.

Au col de Rimbach, la cabane construite par les jeunes de Mollau.

On retrouve ici le GR 5, qu’on prend sur la droite en arrivant, direction Belacker. En sortant de la forêt, on débouche sur un pâturage qui ressemble plutôt à un alpage et est sans conteste le plus beau de toute la région !

Le GR5 et l’alpage, entre le col de Rimbach et le « col du Belacker ».

Le GR5 et l’alpage, entre le col de Rimbach et le « col du Belacker ».

On arrive vite à un col, que nous appellerons col du Belacker, alt 982 m, situé entre le Stiftkopf au nord (alt 1 055 m) et le Belackerkopf (3) au sud (alt 1 043 m). La vue sur la haute-vallée de la Doller est saisissante, et on devine tout en bas un village, qui est sans doute Rimbach.

Depuis le col, vue sur la haute vallée de la Doller, avec Rimbach tout en bas.

Depuis le col, vue sur la haute vallée de la Doller, avec Rimbach tout en bas.

Dès la barrière franchie, on aperçoit les toits de la ferme-auberge du Belacker, avec le Grand Ballon juste au-dessus, mais nous allons monter de suite sur la droite, vers le Belackerkopf donc, en suivant le petit muret de pierre, et le panneau indiquant « En mémoire de Lilly Kocher, 1925-1940 ». Rester sur la gauche du muret, et 5 mn après, dans un creux, suivre un nouveau panneau, jusqu’à un petit enclos en bois sur la droite. Avec une stèle (rénovée en 2013), une croix blanche (la plaque est d’origine), une statuette en métal, un panneau explicatif en français et une poésie en allemand, la mémoire de Lilly reste intacte au Belacker.

La stèle en souvenir de Lilly Kocher.

La stèle en souvenir de Lilly Kocher.

Retour sur le GR 5, ou plus exactement celui des deux chemins qui est le plus haut par rapport à la citerne de réserve d’eau de la ferme-auberge. Ce chemin monte en douceur, et on arrive vite en-dessous du Vogelstein : le GR 5 et le GR 532 se séparent là, nous sommes au point le plus haut de cette randonnée (alt 1 050 m), et le moment est venu de se trouver un petit coin dans l’herbe pour une pause casse-croûte.

Laisser le GR 5 et continuer tout droit sur le GR 532, " rectangle jaune ", direction Masevaux par Sattelboden (pas pour nous) et Wegscheid par Fuchsfels. C’est pour nous, et un nouveau panneau 20 m plus loin indique le « disque jaune », qui sera notre repère. Le sentier passe à côté de parois rocheuses impressionnantes, plissées et fissurées dans tous les sens : il s’agit de roches volcaniques, car nous sommes à présent dans la « Réserve Naturelle Régionale de la Forêt des Volcans » (4). Ignorer le sentier qui descend sur la droite 10 mn plus tard ; 3 mn après, prendre celui qui, partant dans la même direction, est indiqué Fuchsfelsen Wegscheid, avec un « disque jaune ». Un étage plus bas, continuer tout droit, et on arrive très vite à une stèle (alt 1 015 m), érigée par le Club Vosgien de Masevaux en l'honneur du sentier Cécile André, qui a été remis en état par ce club, avec l’aide des scouts de Saint-Louis, en 1977.

La stèle du Club Vosgien de Masevaux, sentier Cécile André.

La stèle du Club Vosgien de Masevaux, sentier Cécile André.

Et voici la dernière surprise de cette randonnée : un escalier taillé dans la roche volcanique invite à une ascension unique, avec double chaînes de protection, bien qu’il n’y ait aucun danger.

Ces marches conduisent au belvédère du Fuchsfelsen.

Ces marches conduisent au belvédère du Fuchsfelsen.

Nous sommes au Fuchsfels ou Fuchsfelsen (5) à 1 021m d'altitude. Le sommet de ce promontoire rocheux a été aménagé en belvédère, afin d’offrir une vue à couper le souffle sur la haute vallée de la Doller, tout en garantissant la sécurité des randonneurs. Le belvédère d'origine, appelé belvédère Ruegg, aurait été mis en place grâce à une équipe des Usines Isidore André de Masevaux. Et le vertige ? Rien du tout ! J’y suis moi-même sensible, plus exactement à la peur du vide, et là j’étais parfaitement à l’aise, tout à la contemplation du spectacle. Je rencontre un photographe bas-rhinois, qui a eu la surprise et le plaisir d’entendre sur cette petite plate-forme, il y a moins d’une heure, un récital de « cor enroulé », donné par Oscar Rusch, musicien et menuisier de Berrwiller, connu et apprécié dans tout le pays Thur-Doller, et bien au-delà (6) !

La descente reprend. Magnifique parcours, en direction de Durrenfels-Wegscheid. Il y aurait là une installation sportive « Circuit de Rochers Durrenfels - Fuchsfels – Vogelstein » sur la commune Wegscheid, mais aucune précision n’existe sur Internet, et la commune elle-même n’a pas de site. Le sentier est très agréable, parfaitement aménagé, et plusieurs roches volcaniques, libres d’accès mais non sécurisées, peuvent offrir des points de vue complémentaires.

À l’intersection suivante (on trouvera un point de vue 20 m plus bas, mais il n’y a que des arbres en guise de panorama), prendre à droite, direction abri Stahlberg, repéré par un « anneau rouge ». On arrive peu après à un carrefour (alt 784 m) : laisser de côté l’itinéraire « anneau rouge » (nous ne verrons donc pas l'abri Stahlberg), et aussi tout ce qui est « triangle bleu », et prendre, 20 m en contrebas, le large chemin carrossable et forestier non balisé qui descend sur la gauche. Grace à ce chemin, on rejoint bientôt le chemin de départ (« rectangle rouge-blanc-rouge »), dans le vallon du Kerbach. Direction à gauche, c'est comme en montant, et en 30 minutes, on retrouve Rimbach, l’Auberge du Touriste et le parking en face de l’église. Durée totale de cette randonnée : 4 h 30 mn (*).

Textes et photos : Pierre Brunner, mai 2016.

→ AVEC OPENRUNNER : L’accès direct à ce parcours est ici, et il est téléchargeable sur GPS : https://www.openrunner.com/r/10107887

→ Mon avis : superbe randonnée, pas trop difficile, très bien balisée (Club Vosgien, section de Masevaux), et d’un très grand intérêt !

Notes :

  1. Ruchberg (traduction possible : montagne aux ruchers) : l’endroit était autrefois une ferme-auberge, définitivement fermée depuis plusieurs années. Vaches et moutons profitent de pâturages immenses avec des ruisseaux et de l’ombre en libre accès, mais pour le fermier, il ne doit pas être facile de faire du foin pour l’hiver.
  2. Rimbach (près-Masevaux) se prononce à la française, ‘’Rhin-bac’’, pour marquer la différence avec le Rimbach de la vallée de Guebwiller. Le col se situe à la limite entre les communes de Mollau et de Rimbach.
  3. Stiftkopf : traduction possible : tête de clou, ou de cheville. Belackerkopf : sommet du beau champ.
  4. « Le territoire de la réserve naturelle est dans le département du Haut-Rhin sur la commune de Wegscheid, dans le Parc naturel régional des Ballons des Vosges. Il occupe une partie du versant sud du Rossberg entre 700 m et 1 164 m aux Vogelsteine. Il y a 350 millions d’années, un volcan était en éruption sur le site. Témoin de la formation de la chaîne hercynienne, il a laissé des roches basaltiques et des pitons de lave. Le site offre un relief accidenté et contient des vestiges volcaniques, restes d'un ancien volcan, qui forment des pitons de lave vieux de 350 millions d’années. Des phénomènes liés au volcanisme sont visibles (orgues basaltiques, brèches volcaniques, lave en coussins) ainsi que les roches caractéristiques : andésite, porphyre, trachyte. » (Source : Wikipédia)
  5. Fuchsfelsen : traduction : rocher du renard.
  6. Il y a 9 ans, j’avais écrit sur lui un article, intitulé « Oscar, cors à corps » (admirez l’humour), paru dans l’édition de Thann des DNA du 17 août 2007, article qu’on peut se procurer sur le site http://archives.dna.fr/selection_audio.html (service payant).

(*) Le temps donné ici est indicatif : il correspond à celui d’une personne adulte entraînée, qui se déplace à une vitesse soutenue.

(**) DISTANCE et DÉNIVELÉ : ils sont calculés à partir du site OpenRunner https://www.openrunner.com/